Sport et maladies cardio-vasculaires

Maladie cardio vasculaire (2ème cause en France de décès)

 

180 000 décès par an, soit 32 % des décès totaux, soient encore provoqués annuellement par des affections cardiovasculaires en France, selon le Haut Comité de Santé Publique.

Chaque année, 45 000 personnes meurent ainsi encore d'une affection liée à l'appareil circulatoire tandis que 42 000 autres le font d'une affection vasculaire cérébrale

Le nombre d'infarctus du myocarde, une maladie qui est liée à l'obturation brutale d'une des artères coronaires qui irriguent le cœur et qui atteint souvent des hommes de moins de 65 ans, est estimé entre 110 000 et 120 000 par an.

 Celui des accidents vasculaires cérébraux, qui constitue le premier motif de handicap en France (hémiplégies, difficultés de langage...), se situerait autour de 130 000 chaque année.

 Ces problèmes vasculaires cérébraux sont plus volontiers observés chez des personnes plus âgées des deux sexes, en général après 70 ans.

Sources :

Rapport du Haut comité de santé publique, juin 2000 : "Pour une politique nutritionnelle de santé publique en France". Rapports de l'Organisation mondiale de la santé, 1998, 1999 et 2000.

Les principaux facteurs de risque de maladie cardio-neurovasculaire sont liés au mode de vie : tabagisme, alimentation déséquilibrée, manque d’activité physique, usage nocif de l’alcool, facteurs psychosociaux tels que le stress.

Ces facteurs liés au mode de vie contribuent à l’émergence de facteurs de risque dits intermédiaires qui accroissent fortement le risque de survenue d’une maladie cardio-neurovasculaire : l’hypertension artérielle, le diabète (type2), l’hypercholestérolémie, le surpoids et l’obésité.

Sources : ministère de la santé et des solidarités

 

 

De nombreuses études épidémiologiques ont cherché à démontrer l'efficacité de l'exercice physique sur la survenue et le traitement des maladies cardio-vasculaires :

- Une activité physique intense est associée à une réduction de l'ordre de 50 % du risque d'accident cardiaque fatal ou non. Sur 9 375 hommes âgés de 45 à 64 ans

- Une activité physique modérée entraîne une réduction de l'ordre de 25 % de la mortalité par accident cardio-vasculaire. Sur 12 135 hommes âgés de 35 à 57 ans

- Une activité physique faite de longues marches ou de nage, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes, entraîne une réduction de plus de 50 % de la mortalité par maladie cardio-vasculaire. Sur 6 131 adultes de 16 à 90 ans.

- des hommes sédentaires et en mauvaise condition physique ont deux fois plus de risque de développer une maladie cardio-vasculaire que ceux pratiquant une activité physique légère de plus de quatre heures par semaine, et ce même s’ils sont encore en mauvaise condition physique. Sur 5 000 hommes

- Une marche rapide de plus de trois heures par semaine réduit de 35 % le risque cardio-vasculaire par rapport à quelqu'un qui ne marche pas. Réduction du risque identique avec une activité physique intense. 72 000 femmes âgées de 40 à 65 ans

Sources :

http://sante.lefigaro.fr/mieux-etre/sports-activites-physiques/maladies-cardio-vasculaires/etudes-epidemiologiques

La réduction des risques est directement liée à l'importance de la dépense énergétique.

La diminution des risques est liée au volume d’activité physique qui se traduit par la dépense énergétique. Plus elle augmente, de 520 kcal par semaine à 3 000 k/cal, plus le risque de décès diminue.

Deux chiffres à retenir :

- Le risque de maladie cardio-vasculaire des inactifs par rapport aux actifs est multiplié par 2 à 6 selon les études épidémiologiques

- Le risque de survenue de maladies cardio-vasculaires est cinq fois moins élevé chez ceux qui ont une condition physique cardio-respiratoire (appréciée par la VO2 max de bonne qualité).

Ce sont des effets indirects mais qui jouent un rôle central

L'activité physique a également des effets indirects sur le système cardio-vasculaire :

- Une réduction des principaux facteurs de risques cardio-vasculaires comme l’hypertension artérielle, le diabète

- Une évolution des modes de vie car la pratique régulière d'activité physique est un comportement santé. Faire du sport cela signifie aussi moins fumer, être plus attentif à sa santé

- une réduction de la faim après l’exercice et un appétit mieux maîtriser

- le maintien de son poids

- une action anti-stress dont on sait le rôle dans la survenue de problèmes cardio-vasculaires

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account